Retour à la programmation

Livres comme l'air

Dimanche 27 octobre

Les rendez-vous des passionnés

Maison de la littérature

16 h 00
Gratuit

Des lectures pour dénoncer la répression et la censure et défendre la liberté d’expression : des écrivain.e.s québécois.es témoignent de leur solidarité à des écrivain.e.s persécuté.e.s ou emprisonné.e.s à travers le monde :

 

Sylvie Nicolas et Nazli Llicak (Turquie)

Jean Désy et Amanuel Asrat (Érythrée)

Isabelle Hubert et Oleg Sentsov (Russie)

Maude Deschênes Pradet et Afgan Mukhtarli (Azerbaïdjan)

Mathieu Simoneau et Galal El Behairy (Égypte)



Grâce aux trois partenaires de ce projet, Amnistie internationale Canada francophone, le Centre québécois du P.E.N. international et l’Union des écrivaines et des écrivains québécois, la chaîne de solidarité prend de l’ampleur année après année.

À ce jour, une centaine d'écrivains soutenus par Livres comme l’air ont été libérés. C’est le cas d’Angye Gaona, auteure colombienne qui a fait parvenir ces mots à l’écrivaine québécoise Denise Desautels, à qui elle avait été jumelée en 2012 :

«Toute la solidarité internationale que j’ai reçue, ton appui et celui de PEN Canada et d’Amnistie internationale du Canada francophone, ont été essentiels à ma libération. Il faut que cela se sache parce que les gens doivent croire à l’efficacité des manifestations de solidarité envers les prisonniers politiques.»
- Angye Gaona, 2017

Animation : Alain Beaulieu

 

En collaboration avec Amnistie internationale Canada francophone, le Centre québécois du P.E.N. international et l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ).